Éduquer le regard : croisements entre art et mathématiques         
Accueil Présentation Programme Résumés Inscription Documents Lieux Contacts

Cadre  -   Présentation  -   Comité scientifique  -   Comité d'organisation 

Cadre :


Réalisation : Service Enseignement & Multimédia - Université de Lille

L'Institut de Recherche sur l'Enseignement des Mathématiques de Lille organise, avec le soutien du Rectorat et dans le cadre du Plan Académique de Formation 2021/2022, des Journées Académiques. Le public attendu est essentiellement constitué d'enseignants du primaire, du collège, du lycée et de l'université ayant à cœur de promouvoir les mathématiques, d'enrichir leur enseignement et de l'ouvrir à d'autres horizons.

L'esprit de ces Journées est de recenser et de dresser un rapide panorama du thème retenu, de montrer comment ont évolué au cours des dernières années les pratiques pédagogiques et quels sont les enjeux actuels. Des sujets larges et de nouvelles démarches pédagogiques seront présentés au travers de deux à trois conférences et deux créneaux d'ateliers par jour.



Présentation de l'édition 2022 :

Ces journées dureront exceptionnellement cette année trois jours les 01, 02 et 03 juin 2022. Une première journée se déroulera au Palais de Beaux-Arts de Lille, les deux suivantes sur le campus Cité Scientifique de l'Université de Lille à Villeneuve d'Ascq (journées inscrites au Plan Académique de Formation). Elles auront pour titre :

"Éduquer le regard : croisements entre art et mathématiques"

Les thèmes développés seront variés bien que principalement axés sur l'art, l'histoire de l'art, la géométrie, la beauté en mathématiques... Au delà de l'aspect scientifique de recherche, un volet pédagogique sera proposé sous forme d'exposés et d'animations d'ateliers.


Depuis plusieurs années, les scientifiques, les mathématiciens en particulier (par exemple, la médaille Fields Cédric Villani), s'interrogent sur les blocages en mathématiques. La conséquence de ces blocages est un frein à l'inscription d'étudiants dans les filières scientifiques ou une claire méconnaissance de fondements des mathématiques qui ne restent toujours pas compris malgré leur attrait pour les sciences. Le questionnement autour de ce genre de blocages va au-delà de nos frontières. C'est pour cette raison que de nouvelles approches de l'enseignement des mathématiques sont en phase d'expérimentation dans différents pays européens. Ce colloque a pour objectif de réunir des chercheurs qui explorent la direction d'un rapprochement entre art et mathématiques. Plus précisément, en s'inspirant de la démarche des historiens de l'art, les chercheurs à l'origine de ce colloque proposent d'explorer le domaine de la vision. Cette démarche invite à relire les travaux des artistes et des scientifiques qui par le passé ont fait appel à une utilisation fine de la vision (comme Leonardo da Vinci ou Albrecht Dürer), ou à s'intéresser, plus récemment, à la recherche ayant placé la vison au centre d'une nouvelle réflexion (tant dans les domaines des sciences, neurosciences et psychopédagogie en particulier, que ceux de l'histoire de l'art et de l'art (par exemple, le design) ; pour citer quelques noms, David Mumford, Jean-Pierre Changeux, Mathias Blanc, Anne Siety, Daniel Arasse, Philippe Costamagna, Philippe Starck. Les thématiques citées font écho à une autre perspective de recherche également au centre du débat de ce colloque : la créativité, celle en mathématiques en particulier. Les blocages en effet sont propres non seulement à celui qui apprend mais aussi à ceux qui cherchent de nouvelles théories et par conséquent à ceux qui essaient de se forger pour eux-mêmes déjà un point de vue nouveau concernant des objets qui sont connus. Ces objets, apparemment simples, demandent parfois une réinterprétation en vue d'une nouvelle création tant dans le domaine de la science que dans celui de l'art. Les artistes de la Renaissance avaient mis au point de nouvelles théories dont celle du point de fuite ou de la ligne d'horizon. Ces derniers, dont on peut trouver la trace dans de nombreux tableaux, avaient à leur tour engendré de nouveaux objets mathématiques comme le point à l'infini ou la droite de l'infini. Ces dernières notions avaient fini par donner naissance à une nouvelle géométrie : la géométrie projective. Celle-ci avait eu comme développement la géométrie algébrique et, finalement, les géométries non-euclidiennes à la base de la théorie de la relativité.

Ainsi, des mathématiciens comme Alexandre Grothendieck ou des physiciens comme Albert Einstein ont pu révolutionner les mathématiques et la physique. Ce contexte scientifique sera débattu lors de colloque en mettant en résonance blocages et créativité.

Il est à espérer que ce colloque puisse apporter une approche nouvelle à la théorie de la connaissance et, en particulier, aux théories de l'apprentissage et de l'enseignement en général, et à celui des mathématiques en particulier. Il est souhaitable que ce colloque puisse apporter des réponses à des questions à caractère philosophique telles que : peut-on parler d'une vérité en science, en art ? Toute perception est-elle une connaissance ? Toute pensée n'est-elle que connaissance ? Les chercheurs invités pourront témoigner de leurs expériences en cours dans leurs pays respectifs, illustrer les progrès et les retombées bénéfiques ainsi que les aspects à améliorer et comment le faire. Ce colloque sera l'occasion d'observer également comment les uns et les autres ont avancé sur les mêmes thématiques. Les contextes européens bien que voisins restent très différents. Ainsi, la richesse des échanges pourra permettre d'emprunter dans les recherches respectives des aspects nouveaux ou originaux. Des captations vidéo de certaines expériences en cours permettront de mieux observer les nouvelles pratiques et de pouvoir aborder d'une façon nouvelle l'enseignement en général et celui des mathématiques en particulier. Il est à espérer que ce colloque puisse renforcer les liens entre chercheurs déjà engagés dans les projets Erasmus. Localement, l'idée est de renforcer les liens entre mathématiciens, philosophes et historiens de l'art.


Les 11 et 12 mai 2018, l'IREM de Lille, l'Université de Rome La Sapienza (Italie) et les Gallerie Nazionali Barberini et Corsini (Rome) ont organisé à Rome une première édition de ce colloque international (page web).



Comité scientifique :



Comité d'organisation :


I.R.E.M. de Lille
Bâtiment M1
Cité Scientifique
Université de Lille
59655 Villeneuve d’Ascq Cedex
Tél. : (+33) 3 20 43 41 82 / 41 81
Mél : irem@univ-lille.fr
Web : irem.univ-lille.fr